Entre peinture, photo-peintures et photos peintes

En passant par le monde du trompe–l'oeil et de la peinture murale, la peinture de Dominique Gais s'est installée dans une forme de jeu, où le spectateur doute de ce qu'il voit et s' interroge sur la nature de l'objet qu'il regarde. L'énigme est centrale dans sa démarche.
Les variations infinies de la nature sont le support de sa création, elle se sert de ces éléments en modifiant leur contexte. Ses peintures, et peintures-photos expriment une réalité rêvée, expressive, et soulignent ce que la nature a d'abstrait.

Alexandra Paget-Deben


Critique dans Le souffle créatif

L'homme de bois, l'homme de pierre
Dominique est une artiste qui s’évertue à composer ses peintures avec une qualité picturale qui n’a d’égale que son attachement à représenter des textures complexes. Dans cette série, ses tableaux s’organisent autour d’un concept où une image est préalablement apposée sur sa toile. Par la suite, elle entreprend un travail de peinture qui lui permet de faire disparaître la différence entre l’image et la surface peinte. En fonction de ses œuvres et avec du recul, on a cette sensation d’observer des paysages et l’instant d’après on y voit tout autre chose. Le regard vient à nous jouer des tours et cherche des formes familières pour se raccrocher à un sujet plus concret, plus tangible. Une démarche artistique atypique et une vision à long terme de la peinture pour cette artiste qui s’engage avant tout sur la voie de l’expression avant de penser à la voie commerciale. En clair, une artiste rare et passionnée.

Antoine Titus